Share Button

10072191476_0b05505d7f_h-e1485514525319-1050x525

Je viens d’une famille d’agriculteurs, et j’ai vu la douleur et la frustration qu’ils subissent parce qu’ils n’ont pas accès aux services financiers formels et aux connaissances.

Pour Fabrice Alomo, la volonté d’entreprendre correspond d’abord à sa volonté de combattre la précarité économique dans lequel vivent les petits producteurs agricoles africains. « Les petits agriculteurs représentent 65% de la main-d’œuvre africaine et pourtant, ils restent largement exclus de l’histoire de la croissance économique de leur continent, car piégés par les faiblesses de l’informel où ils sont sous-informés sur les prix du marché, et victime d’exclusion financière car non bancarisés ». Il a ainsi mis au point une solution fintech à destination des petits exploitants agricoles situés dans les zones rurales d’Afrique : un système de paiement qui fonctionne sans comptes bancaires, ni cartes de crédit, avec ou sans internet. Et qui résout le problème de l’inclusion financière en permettant aux non-bancarises d’avoir accès aux services financiers numériques et aux PMEs de sécuriser leur revenus. Entretien du fondateur de Amoney, Fabrice Alomo, réalisé par Héloise Lebrun-Brocail pour StartupBRICS.

Le changement que je veux faire pendant le reste de ma vie est de bancariser les non bancarisés en veillant à ce que les personnes non bancarisées dans le monde aient accès à des services financiers de base.

Comment l’aventure Amoney a commencé ?
Je suis un jeune entrepreneur camerounais dont l’aventure a commencé en 2012, alors que j’étais encore étudiant à la PKFOKAM INSTITUTE OF EXCELLENCE de Yaoundé. Avec des camarades et des amis, nous avons décidé d’élaborer un système de paiement mobile et web fonctionnant sans carte bancaire ni carte de crédit, et à la fois en ligne et hors ligne. L’ambition de ce projet était de répondre au manque de solutions de paiement mobile pour effectuer des paiements sur le web ou le mobile sans utiliser de monnaie fiduciaire. Nous avons pour cela conçu une plateforme web et mobile permettant aux utilisateurs d’ouvrir gratuitement un compte et de le recharger leurs comptes grâce à des cartes de recharge à gratter à usage unique. Nous avons enregistré l’entreprise en 2014 et lancé les activités dans la ville de Yaoundé en Janvier 2015 après une phase de lancement test public dans la ville de Buea, et en quelques mois, plus de 1.500 PMEs ont souscrit à notre plateforme et intégré notre système de paiement dans leurs opérations quotidiennes.

Donc après cette période de test dans les grandes zones urbaines du Cameroun, vous avez commencer à tester votre solution au coeur des zones rurales ?
Mes voyages pour établir des points focaux dans les zones rurales m’ont fait prendre conscience des nombreux obstacles et défis que les agriculteurs avaient à surmonter chaque jour. Deux rencontres m’ont particulièrement marquées : celle de Fernando, et celle de Thato. Ni l’un ni l’autre n’avait de soutien agricole ou de connaissances financières suffisantes pour pouvoir gérer plus efficacement leurs finances et accéder à des services comme l’épargne, l’assurance ou les prêts, et tous deux étaient sous-bancarisés. Fernando est un producteur d’arachides, de manioc, de haricots, de riz et de noix de cajou, dont la plupart des revenus proviennent de la fabrication et de la vente de charbon de bois. Il est par ailleurs père de huit enfants et rencontre des difficultés à subvenir à leurs besoins, sans mener cette double activité. Il aimerait pouvoir emprunter de l’argent pour surmonter ses difficultés.

Thato possède elle des fermes de manioc et de tomates actuellement en faillite, ne bénéficie d’aucun soutien agricole, et ne peut relancer son activité en embauchant des travailleurs faute de moyens. Elle n’a par ailleurs pas les moyens de se procurer du produit dératisant qui lui permettrait de protéger ses récoltes. J’ai découvert qu’un meilleur accès aux services financiers numériques combiné à d’autres solutions ciblées pourrait aider les familles à créer des moyens de subsistance plus rentables. Nous avons donc développé de nouvelles solutions et les avons testées avec 47 coopératives ou associations agricoles. A ce jour, elles nous ont permis d’avoir un impact positif sur 9853 petits exploitants agricoles.

Deux rencontres m’ont particulièrement marquées : celle de Fernando, et celle de Thato.

Quels sont les problèmes spécifiques rencontrés par les agriculteurs dits « inbancarisables » ? Comment renforcer leur inclusion financière ?
Sur 380 millions de personnes en Afrique subsaharienne, le nombre de petits exploitants agricoles dépendant à divers degrés de leur production agricole pour subsister est estimé à 100 millions. Ces petits exploitants agricoles n’ont pas accès aux services financiers formels menant à l’exclusion sociale, renforcent la pauvreté, manquent de connaissances financières et d’alphabétisation financière, limitant leur capacité à profiter des possibilités économiques, améliorer leur santé et l’éducation pour leurs enfants et augmenter leurs revenus. Si l’Afrique subsaharienne a connu une croissance rapide ces dernières années, cette croissance a entraîné un accroissement des inégalités, et n’a pas permis de réduction substantielle de la pauvreté. De nombreuses zones rurales d’Afrique, en particulier au Cameroun, restent toujours extrêmement pauvres. L’accès insuffisant aux services financiers est un obstacle majeur à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté.

Au plan technique, sur quelles technologies reposent ton produit ?
Notre solution est une plate-forme back-end technologique financière complète pour les petits exploitants agricoles des zones rurales d’Afrique, combinant des services financiers numériques mobiles innovants comme les paiements, le transfert d’argent, l’épargne, le microcrédit, les micro-prêts et la micro-assurance (santé, accident , L’indice des indices météorologiques et des superficies, l’assurance par indice satellite) et les services financiers non numériques pour améliorer leur culture financière combinée à des services agricoles axés sur le mobile (SMS, IVR et USSD) pour aider les petits exploitants ruraux des régions les plus pauvres d’Afrique à améliorer leur vie et à construire un avenir durable en les reliant à des outils et à des services financiers numériques de base.

L’accès insuffisant aux services financiers est un obstacle majeur à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté.

Nos technologies nous permettent de mesurer la distribution et l’utilisation des services financiers numériques dans les zones rurales et de fournir des services financiers non numériques capables d’améliorer la littérature financière dans les zones rurales. Egalement de permettre l’acceptation des services financiers numériques dans les zones rurales.

Comment faites vous pour acquérir de nouveaux utilisateurs ?
En signant des partenariats avec les ONG et les fondations, Agro-business publiques ou privées ou coopératives d’agriculteurs, les organisations internationales et programmes avec un focus sur le développement rural et agricole qui travaillent pour l’amélioration des conditions de vie des petits agriculteurs et le renforcement de leurs capacités. En organisant des séminaires et ateliers de travail avec nos partenaires, les coopératives agricoles et les petits exploitants agricoles, et aussi à travers des représentants au niveau rural ce qui permet de créer des emplois indirects.

Les fintechs et les nouvelles technologies peuvent elles véritablement changer la vie des paysans africains ?
Je viens d’une famille d’agriculteurs, et j’ai vu la douleur et la frustration qu’ils subissent parce qu’ils n’ont pas accès aux services financiers formels et aux connaissances. Ma passion est d’utiliser la technologie pour créer un impact dans l’industrie financière en bancarisant les non bancarisés afin de lutter contre l’exclusion financière en élargissant la portée et l’utilisation des services financiers numériques. Le changement que je veux faire pendant le reste de ma vie est de bancariser les non bancarisés en veillant à ce que les personnes non bancarisées dans le monde aient accès à des services financiers de base. Les populations rurales pauvres ont besoin de services financiers qui leur permettent de modifier leurs stratégies de subsistance, de développer de meilleures façons de gérer la richesse, de gagner un revenu et de réduire la vulnérabilité de tomber dans les pièges de la pauvreté. Ils ont besoin de produits qui sont conçus pour répondre aux besoins financiers spécifiques découlant de leurs moyens de subsistance et des exigences sur leurs finances domestiques.

Pour que l’inclusion financière ait véritablement un effet transformateur, les petits exploitants agricoles ont également besoin d’une meilleure compréhension de la façon dont ils peuvent utiliser ces produits financiers pour leur propre bénéfice. Je mets en œuvre des idées novatrices qui ont le potentiel de croître à l’échelle et ont aussi un impact social profond sur la vie des petits exploitants agricoles.

Qu’est-ce que l’African Leadership Academy et l’African Leadership Network dont tu fais partie t’ont apporté ? Réseau ? Mindset ? Financement ?
L’African Leadership Academy et l’African Leadership Network m’ont permis de remettre en questions mes capacités et qualités, en tant que leader entrepreneurial, de remettre en question l’impact que mon entreprise a sur la vie de ses clients et bénéficiaires. Ces organisations m’ont permis de me questionner sur comment je renforce les capacités des membres de mon équipe pour les rendre meilleurs et plus maximiser leur performance. En plus de cela ALN m’a apporté l’intime conviction de la grandeur de ce que je fais, de continuer à penser grand et agir grand pour impacter la vie de plus de personnes et créer plus d’emplois. Aussi j’ai pu entrer en contact avec plein d’autres entreprises et des personnes incroyables qui font dans le même domaine que mon entreprise et avec qui nous discutons pour bâtir des partenariats afin de mettre en place des nouvelles solutions et répliquer ma solution dans d’autres pays africains qui font face aux mêmes problèmes.

Fabrice Alomo et Fred Swaniker, co-fondateur de l’African Leadership Network
Quelles sont les prochaines étapes pour toi ?
Premièrement démarrer 2017 en beauté en atteignant l’objectif que je me suis fixé, à savoir impacter la vie de 10.000 petits agriculteurs. Ensuite nous avons des objectifs sur le moyen et le long terme, ainsi pour le court terme l’objectif est base sur un plan de deux ans pour impacter la vie de 200.000 petits agriculteurs au Cameroun. Pour le long terme (2022) atteindre 500.000 petits agriculteurs au Cameroun, et 1.5 million en Afrique Sub-Saharienne. Nous créerons ainsi 100 emplois directs, 4.300 emplois indirects non qualifiés et 1.400 emplois indirects qualifiés pour les jeunes femmes, les jeunes marginalisés, les jeunes en milieu rural et les personnes handicapées. Evidemment tout ceci ne se fera pas seul, nous travaillerons main dans la main avec des partenaires tels que le Ministère de l’agriculture et du développement rural du Cameroun et ses différents projets tels que le Projet PIDMA, aussi le FIDA, la fondation MasterCard, la fondation Tostan et la BAD pour réaliser cet impact qualitatif et quantitatif sur la vie des petits agriculteurs en Afrique.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *